accessibilité
Mairie d’Arvillard (Savoie)
Le site officiel de la commune d’Arvillard en Savoie

Le site officiel de la commune d’Arvillard en Savoie

troupeaux et tétras-lyre
Présentation de l’alpage de Val Pelouse
Septembre 2014

Les élèves de CM de l’école d’Arvillard ont mené un projet sur le tétras-lyre avec Victor Hausard un animateur de la FRAPNA Savoie.

Ils ont ont aussi rencontré les alpagistes de Val Pelouse.

Avec cette présentation, ils souhaitent montrer que sur l’alpage, le tétras-lyre peut cohabiter avec les troupeaux et que ce bel oiseau doit être préserver été comme hiver.

Sur l’alpage de Val Pelouse, une soixantaine de vaches pâture chaque été.
Elles appartiennent à un groupement pastoral de 5 propriétaires.
Les vaches, ce sont des Tarines, des Abondances, des Montbéliardes, des Charolaises.

Certaines sont croisées entre plusieurs races.
Les troupeaux peuvent se mélanger mais le plus souvent, les vaches restent entre races et entre vaches d’un même propriétaire.

Elles ont entre 1 et 8 ans. Certaines seront destinées à faire des veaux, du lait, d’autres à produire de la viande.

L’alpage est délimité par une clôture et les agriculteurs viennent voir leurs bêtes 3 ou 4 fois par semaine. Elles préfèrent pâturer sur les replats, aux endroits où il y a beaucoup d’herbe et cela dépend aussi de la météo. Parfois, elles vont même dans les buissons.

La végétation à Val Pelouse est très variée et c’est un environnement favorable pour le tétras-lyre. En effet, il n’est pas rare que les agriculteurs en aperçoivent.
Cet été 2014, les couvées de petits n’ont pas survécu à cause du mauvais temps. Il n’y avait pas d’insectes (sauterelles) ; or, c’est la nourriture privilégiée des jeunes.

Les vaches partagent donc leur habitat avec le tétras mais elles n’écrasent jamais un nid. Cependant, lors de leurs visites aux troupeaux, les agriculteurs, attentifs aussi à la faune sauvage, déplacent parfois les clôtures pendant la nidification.

Cet alpage de Val Pelouse est entretenu par les troupeaux mais aussi par les agriculteurs qui débroussaillent régulièrement : ils coupent les aulnes, des jeunes bouleaux, des épicéas ; cela agrandit les zones à pâturer et cela préserve aussi le lieu de vie du tétras.
L’hiver, le site est fréquenté par les randonneurs à ski. C’est la période où le tétras est le plus vulnérable.

Il faut absolument éviter d’aller dans les zones de végétation car en provoquant leur envol, on les fragilise : ils dépensent beaucoup d’énergie et ils sont des proies faciles pour leurs prédateurs. Ils ont aussi moins de nourriture à disposition.


Dans la même rubrique