Bandeau
Mairie d’Arvillard (Savoie)
Slogan du site

Le site officiel de la commune d’Arvillard en Savoie

La toponymie, une science … fluctuante
Article mis en ligne le 28 février 2012
logo imprimer

La toponymie est la science qui étudie les noms de lieux ou toponymes.
Les noms de lieux nous paraissent anciens et immuables mais ce n’est généralement pas le cas. Ils sont souvent récents et ont parfois beaucoup fluctué dans le temps.
Pour d’Arvillard nous avons la chance de pouvoir disposer de documents de plusieurs époques, ce qui permet de se faire une idée de l’évolution des noms des lieux-dits.

La toponymie est la science qui étudie les noms de lieux ou toponymes.
Les noms de lieux nous paraissent anciens et immuables mais ce n’est généralement pas le cas. Ils sont souvent récents et ont parfois beaucoup fluctué dans le temps.
Pour d’Arvillard nous avons la chance de pouvoir disposer de documents de plusieurs époques, ce qui permet de se faire une idée de l’évolution des noms des lieux-dits.

  • La carte de Cassini publiée entre 1756 et 1815. Échelle une ligne pour cent toises, soit 1/86400 (une toise vaut 864 lignes).
  • Les mappes sardes sont un cadastre réalisé entre 1728 et 1738 par l’administration du royaume de Piémont-Sardaigne. Elles ne comportent pas de noms de lieux mais seulement
    les parcelles cadastrales. Il en est de même pour le premier cadastre français de 1893.
  • La carte d’état Major aux 1/40 000 levée en 1862. Le relief est représenté par le système des hachures, ce qui la rend difficile à lire.
  • Le guide pour les alpinistes « Les Alpes de Savoie, les massifs entre la Savoie et le Dauphiné » du commandant Emile Gaillard paru en 1921 ou 1922.
  • La carte IGN aux 1/25 000 mise à jour régulièrement (5, 6 ans) est disponible en version papier et consultable sur le site geoportail.fr.

Ici, nous parlerons surtout de la partie sud, montagneuse et inhabitée de la commune. Pour la partie plus habitée, on pourra se reporter au livre de Pierre Grasset « Arvillard, ses lieux-dits, ses légendes » qui va bientôt être réédité à l’initiative de l’association Arvill’ art et patrimoine.

 La carte de Cassini

Elle indique « la Roche de Saint Hugon » qui semble correspondre aux Grands Moulins. Le Bens est appelé « le Bréda de Saint Hugon ou ruisseau de Beins »

 Sur la carte d'état major

Sont indiqués : le pic du Frène, le Grand Charnier, les Grands Moulins, le Fort, le Grand Miceau est appelé « Le Grand Mireau », le col de la Pierre (et non des Pierres comme indiqué près des Férices, le nom provient d’un abri sous roche, versant Saint Rémi), pourvu d’un sentier (sur la carte IGN actuelle ce col n’est pas nommé et très mal représenté), le col d’Arpengon (Arpingon), le col de la Fraiche (Frèche), le col de la Perrière est nommé col du Chalet Neuf (mais les chalets de la Perrière haut et bas sont indiqués).
Les chalets du Gargoton, de la Doua, du Remou sont indiqués ; deux chalets à Pré Nouveau (un de chaque côté du Bens) ; chalet du Plan du Chat (1861 m) sous le col d’Arpengon ; chalet des Ramiettes à l’emplacement du chalet du Zéro. Les hauts fourneaux (côté Isère et côté Savoie) sont bien indiqués.
A noter, l’importance du « glacier du Crozet » en trois parties et une erreur importante : un affluent imaginaire parallèle au début du cours du Bens. Cette erreur est reprise dans le croquis du guide Gaillard.

 Le guide Gaillard

Il indique que le pic du Frène « est appelé Grand Crozet par les montagnards de la vallée du Bens et Barracon du côté de Saint Rémi. Ce dernier nom provenant du campement qu’y établirent les géodésiens de la commission austro serbe en 1822 lors des opérations pour la mesure d’un arc du parallèle moyen ». « Les sommets occidentaux du Frène dominés par deux pointes (pas de renseignements au point de vue alpin) » se nomment maintenant pic du Crozet.
Sont cités également : le col de Bourbière ou de la Bourbe ou des Balmettes, le Grand Charnier, le col du Goulet (Gollet), le col de Claran, le Grand Collet ou Tournetalon, le Col de la Pierre, le passage des Chamois, le Grand Miceau, le Col de la Frèche, les Grands Moulins, le Col de la Perrière, le Fort.
En redescendant du col de la Pierre le sentier est d’abord « mal marqué jusqu’au fond du vallon ou naît le Bens, il se tient rive droite puis traverse le Bens à gué pour passer au chalet de Pré Nouveau (donc rive gauche, plus de chalet actuellement), le chemin, devenu chariotable traverse le torrent de Thoradin (Cohardin) , la route traverse le Bens au pont Narret (Sarret) pour joindre ce qui reste de l’ancienne chartreuse de Saint Hugon ».

 Pourquoi de telles fluctuations ?

  • Les habitants des régions de montagnes s’intéressaient à leurs champs, aux pâturages, aux forêts mais bien peu aux régions arides, inutiles sauf pour la chasse.
  • Les noms des sommets étaient bien souvent différents d’une vallée à l’autre et seuls les plus importants, les plus caractéristiques étaient nommés.
  • Les noms des lieux-dits étaient parfois différents d’une famille à une autre.
  • les cartographes n’ont pas inventé (en général) les noms mais les ont demandés aux gens du pays qui souvent parlaient patois, avec un accent. Même s’ils avaient bien compris, des erreurs d’orthographes se sont parfois produites mais aussi des erreurs de déchiffrage d’écriture manuelle.

Les cartes étaient très peu diffusées et réservées à des utilisateurs particuliers (l’armée). Elles se sont généralisées avec le développement du tourisme. Les cartes précises, à grande échelle, sont devenues accessibles à tous après la guerre avec la création de l’IGN qui, en quelque sorte, fixe la norme en ce qui concerne les noms, les altitudes....

Daniel Dupuis

P.S. :

http://www.geoportail.fr/ : on peut consulter sur ce site les cartes IGN actuelles, les cartes d’état-major, les cartes de Cassini.

Le site http://cassini.ehess.fr/ est entièrement consacré aux cartes de Cassini et diffuse des notices communales avec des informations anciennes (populations notamment).

Les mappes sardes sont conservées aux archives départementales, http://www.savoie-archives.fr/.

Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • Carte d’état major - 1862
  • 320.9 ko / JPEG
  • Croquis du guide Gaillard
  • 80.4 ko / JPEG
  • La carte de Cassini
  • 818.6 ko / PNG

Dans la même rubrique

0 | 5

Plan paysage Cœur de Savoie
le 13 septembre 2016
La Météo
le 27 avril 2016
Plan du village
le 16 mai 2014
La communauté de communes Cœur de Savoie
le 4 juin 2011
Espace Belledonne
le 4 juin 2011

Évènements à venir



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce

RSS

2008-2017 © Mairie d’Arvillard (Savoie) - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.14